06/2019

Fiscalité en 2020

Dans le cadre du Tax Shift du gouvernement Michel (sortant), la déductibilité fiscale des voitures de société a été complètement bouleversée. Le calcul du TCO a encore gagné en complexité. A moins de rouler avec un Mitsubishi Outlander PHEV bien sûr…

Une entreprise qui propose une voiture de fonction à son personnel, peut encore toujours compter sur une déductibilité fiscale. Le pourcentage de cette déductibilité est divisé en deux parties: les frais de carburant peuvent être déduits à hauteur de 75 pourcents, les frais de voiture restants sont déductibles en fonction de paliers d’émissions de CO2, avec un léger handicap pour les voitures diesel par rapport aux autres types de carburants.

Le 1er janvier prochain, les choses vont vraiment changer. A partir de cette date, la déductibilité des frais de carburant sera équivalente à celle des autres frais liés à la voiture. Et le pourcentage de cette déductibilité n’est plus barémique, mais est calculé selon une formule complexe. Sans entrer dans les détails de cette formule, il pourrait arriver qu’un modèle qui bénéficie aujourd’hui d’une déductibilité de 75 pourcents descende légèrement en dessous des 50 pourcents en 2020.

Les seules voitures à ne pas être impitoyablement pénalisées par les nouvelles règles sont celles qui affichent des émissions de CO2 très basses ainsi que les hybrides rechargeables dotées d’une batterie de grande capacité. Et le seul modèle qui garde une déductibilité de 100 pourcents, même en 2020, n’est autre que le Outlander PHEV. Un atout majeur même si ce n’est pas le seul qu’il peut faire valoir: pointons l’océan d’espace que le véhicule offre, sa traction intégrale permanente et son luxe raffiné.